Plus vrai que nature

0

D’un réalisme impressionnant, les toiles de l’artiste Nicole-H Lefebvre reflètent son amour pour les sports, plus précisément ceux qui repoussent les limites de l’athlète. Que ce soit à partir d’une photo ou d’un souvenir, la Lac-Beauportoise reproduit des scènes extérieures dans la plus grande minutie. Cette passion héritée de son grand-père l’a amenée à se diriger vers cette deuxième vocation, où les couleurs se mélangent au ressenti dans un résultat saisissant.

artsite_nicole_lefebre2

 

Un héritage artistique

Très jeune, Nicole adorait dessiner. C’est son grand-père, architecte et artiste, qui l’a initiée à l’art. Elle développa ainsi son talent, puis décida de suivre des cours de peinture à l’huile dans la vingtaine. Déjà à l’époque, elle se faisait remarquer dans les expositions. « Je gagnais des prix, ça m’encourageait à continuer », se souvient-elle. Cette infirmière de profession avait donc deux vocations : l’une pour aider, l’autre pour créer. « Il fallait toujours que je peigne, j’avais besoin de ça. » Elle jonglait ainsi avec les différentes facettes de sa vie : le travail, la famille et l’art.

À la mesure où ses enfants grandissaient, Nicole consacrait davantage de temps à la peinture. Elle apprit plusieurs techniques, tout en conservant son style : le réalisme. Pour elle, l’art a toujours été un moyen de s’évader, de vivre le moment présent. « Ça me fait du bien, pour moi c’est un peu comme une méditation », explique-t-elle. Aujourd’hui à la retraite, elle pratique sa passion activement. C’est seulement depuis une dizaine d’années qu’elle a eu la piqûre pour les scènes de sport. Ces toiles actives sont rapidement devenues sa signature, remportant maintes fois des prix coup de cœur du public.

artsite_nicole_lefebre3

Un travail acharné

Son secret ? « Ressentir » la scène. Et beaucoup, beaucoup de préparation. « Il y a tout un aspect de recherche », souligne-t-elle. Lorsqu’elle peint à partir d’une photo, elle va trouver d’autres clichés de l’endroit sur internet. Cela l’aide à bâtir ses teintes pour la peinture, afin de se rapprocher au maximum de la réalité. Ensuite, elle s’imprègne de l’action qu’elle s’apprête à peindre. « Si je peins un skieur, je dois donner l’impression qu’il bouge, que son mouvement continue. Si je peins un kayak dans la brume, je dois ressentir et transmettre le calme [qui s’en dégage]. » C’est pourquoi une toile de ce type peut prendre entre une semaine et un mois à réaliser, selon la complexité de celle-ci.

artsite_nicole_lefebre4

C’est dans son atelier, à sa maison de Lac-Beauport, que Nicole conçoit ses créations. Si les scènes de sport sont toujours à son esprit, elle se laisse également instiller par ses voyages. « Je me suis inspirée de la mer, j’ai beaucoup d’images en tête pour faire des toiles. » Parmi ses projets, elle compte bien continuer à peindre et à créer une nouvelle collection. Entre temps, vous pouvez apprécier son œuvre permanente sur les structures extérieures du Corrid’Art, devant le Club Nautique. Il fait nul doute que l’artiste nous réserve bien d’autres délices pour les yeux !

Pour en savoir plus :

Facebook.com/NicoleHLefebvre

Guildeartistique.com/portfolio/nicolelefebvre/

artsite_nicole_lefebre5

Partagez

À propos de l’auteur

mm

À l’affût des dernières nouvelles et tendances de tous horizons, Malory se fascine pour la communication et l’univers médiatique. C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’elle a fait ses études universitaires. En plus des Éditions Platine, pour qui elle travaille depuis 2013, elle compte notamment TVA et TéléMag à sa feuille de route. Les défis constituent sans contredit son principal carburant.